Rien de plus facile ! Il vous suffit de RESTER CHEZ VOUS !!!

Plus facile à dire qu’à faire…

Si ce n’est pas du tout évident, il faut tout de même réaliser que c’est la seule façon de voir disparaitre ce satané virus.

Et dire qu’on en arriverait presque à oublier que c’est le printemps…

Heureusement, la force vitale de la nature est bien au rendez-vous.

A nous à présent d’imiter sa force de vie, de capter la vitalité qui lui permet de traverser les hivers les plus rudes…

Encore sonnés par la décision de quitter le vaisseau, en tant que passagers, nous avions une consigne simple. Chacun, depuis sa base, devait maintenir le contact avec les autres. Hélas, une partie du message a échappé à la compréhension de certains.

Cette partie qui disait explicitement "depuis sa base" était pourtant essentielle. D'ailleurs, la rumeur ne parlait plus que de ça, relayée de toute part et ne cessant d'enfler. À vrai dire, la nouvelle d'une expérience inédite, à la fois espérée pour protéger chacun et redoutée tant elle paraissait incroyable, tardait à se mettre en place.

Allo ? Allo ? Que se passe-t-il ? Nous avons perdu le contact… Qu’allons-nous devenir ? Continuer à errer dans cet univers où le danger guette de toutes parts ? Les quelques consignes de sécurité, appliquées à la lettre par les uns, sont rudement mises à mal par le manque de rigueur des autres, bien qu’ils n’en aient pas conscience. Que devons-nous faire ? Rester indéfiniment confinés dans ce vaisseau en perdition ou prendre la seule décision pour protéger tous les passagers ?

Avant, l'évocation de « CORONA » sonnait comme une invitation à se laisser séduire par une blonde, dorée et fraîche... Mais ça c'était avant ! Aujourd'hui, hélas, nous avons fait la connaissance du petit dernier de la grande famille des coronavirus, le Covid-19. Le nom de ce satané virus est de toutes les conversations. Par chance, pour l'instant il n'est pas sur toutes les lèvres... Mais potentiellement, nous pouvons tous être atteints.

 

 

Vendredi matin, nous avons quitté Bastia, direction le sud, sous un ciel bleu magnifique. En convois jusqu'à Aleria, nous avons admiré le paysage entre mer d'huile et montagnes aux sommets enneigés, tout en discutant de nos vies, de nos souvenirs au gré des lieux traversés et de notre rendez-vous avec le GEM de Porto-Vecchio. 

Les tempêtes successives qui balaient l'île du nord au sud n'ont pas réussi à emporter notre envie de rencontre... C'est donc dans le bien nommé GEM "U SCONTRU" "la rencontre" que nous nous sommes rendus mardi.

Nous étions impatients à double titre. Retrouver les adhérents du GEM TC (pour "Traumatisés Crâniens " qui accueille également les personnes cérébro-lésées) qui étaient déjà passés chez nous l'année précédente. Et, découvrir leurs tout nouveaux locaux.

Dans les GEM, tous sans exception, on joue. À quoi ? À tout. Atouts ? Ben, chaque jeu a des atouts. Il n'y a pas que les cartes. Tenez, chez nous, par exemple, on a un placard dédié aux jeux de société. Scrabble, Rummikub, Triomino, Monopoly, Trivial Pursuit...

Proposer de jouer. Choisir le jeu qui emporte la mise. S’installer tous ensemble autour de la table. Partager un moment convivial. C'est déjà faire société.

Février. Le 2. Jour béni entre tous. Celui que l'on attend avec ferveur. La chaleureuse chandeleur !!! Vous avez remarqué cette irrépressible envie de crêpes, quand elle vous titille, impossible d'y résister. Il faut absolument en dévorer au moins une. Le hic, c'est qu'une, c'est très frustrant. A peine, la malheureuse a-t-elle atteint votre estomac qu'elle en appelle une autre et ainsi de suite...

Au GEM, c'est Sabrina qui a ouvert le bal en compagnie de Valérie. Quelle aubaine qu'elles aient fait sauter les crêpes pour le bonheur de tous. En ce jour si spécial, elles avaient le parfum du bonheur ! Tous attablés, nous les avons dévorées en deux coups de cuillères à pâte à tartiner. Soyons clairs, elles étaient à tomber.

Chez nous, c'est un peu la révolution à tous les étages. Par petites touches, on organise un grand chambardement. Une stratégie nouvelle se met en place. A présent que chacun a bien compris tout l'intérêt de participer à la vie associative, on fait fructifier le bénéfice d’années de travail. Se retrouver chaque jour pour décider ensemble de nos projets, s'y investir d'une manière ou d'une autre contribue à relancer la dynamique. Cette énergie renouvelée crée une spirale vertueuse qui entraîne des envies nouvelles...

On priorise nos activités, donc cela implique des choix. Pas facile de se séparer de quelque chose où de quelqu'un... Alors, avant de faire n’importe quoi, on lance une phase de tests. La dernière proposition vient d'Isabelle et a remporté un franc succès. Le bowling. Face à l'engouement, elle s'est mise en mode "recherches". Coût du trajet en train, prix de la location de chaussures, d'une partie...

Dans un GEM, les ateliers vivent et meurent au rythme des envies des adhérents et membres présents. Des ateliers d’écriture, depuis l’ouverture de notre GEM, nous en avons connu plusieurs. Tous différents. Certains ont vécu ce que vivent les roses. D’autres ont résisté à l’usure du temps. Ceux-là ont compté, comme celui de Dominique. Quel plaisir, chaque semaine, de rejoindre son minuscule atelier, au Puntettu, joliment dénommé « Au pied de la lettre ». Dominique y a fait des miracles en faisant naitre l’envie d’écrire. On ne parle pas ici de vocation d’écrivain. Ceux qui ont ça en eux, le savent depuis toujours. On parle juste d’oser se lancer. Prendre la plume et poser des mots sur une feuille. Des mots sur les maux, quand on y parvient. Accueillir ce qui vient. Avec délicatesse. Apprivoiser les lettres, composer des mots, enchainer les phrases unes aux autres, et se libérer. Laisser glisser la main sans la censurer.

Etats-Unis. Eté 2016. La sculpturale présentatrice vedette du moment nous fait faire le tour du propriétaire. Un building de verre abrite la chaine Fox News. Du plateau télé au bureau de son Directeur Général, les étages défient. Le décor est planté. L’histoire peut commencer.

Jeux de pouvoir et enjeux télévisuels. Guerre sans merci et dégâts collatéraux. Tels pourraient être les ingrédients de base du pitch. A ceci près, le pitch tient plus du documentaire que de la fiction. Personnages et faits sont tout ce qu’il y a de plus réels, à quelques détails près.

Ce qui va éclater au grand jour à travers le petit écran à un air de prémonition et un parfum sulfureux. Dans 2 ans, la dénommée bombe nucléaire hollywoodienne « Weinstein » crèvera tous les écrans, inondera toutes les ondes, envahira la toile avant de déferler sur le monde via les réseaux sociaux.

Le choc ! Un film à couper le souffle. On a eu un mal fou à s'extirper de nos fauteuils. C'est donc KO debout, sonnés, que nous sommes sortis. Malgré ce ressenti, nous avons aimé ce film. Comment est-ce encore possible d'être sous le choc, alors qu’il y a 25 ans, Mathieu Kassowits, en lanceur d'alerte, nous balançait à la figure sa "Haine" ? Et comment en toujours au même point voire pire ?

C'est peut-être la raison pour laquelle Ladji Ly a décidé de frapper un grand coup. Une claque magistrale. Pour l'heure, difficile encore de dire si elle nous réveille ou si elle nous laisse sur le carreau.

Si vous êtes passé à la gare voir notre exposition, vous avez certainement vu l'œuvre d'Alain. Pour le GEM c'était l'objet emblématique de la thématique 2019 pour les Semaines d'Information sur la Santé Mentale : "Santé Mentale à l'ère du numérique". Il faut bien avouer que notre inspiration est souvent en décalage avec le thème annuel…

À travers cette œuvre, il voulait montrer avec force le fait que l'homme et la nature souffrent de cette ère du numérique. Extraction de métaux, production de masse, course aux innovations, appétit sans cesse croissant pour la moindre nouveauté, surconsommation d'appareils connectés de toute sorte détruisent notre planète et nous rendent de plus en plus dépendants et accros. Nous sommes noyés dans l'ère du numérique et bien incapables de faire autrement... C’est se demander comment on faisait avant ?

Cela faisait déjà un bon moment que galettes et royaumes trônaient en tête de gondole. Ignorés par leurs sujets trop occupés à festoyer, ils ne font pas le poids face aux bûches joliment décorées. Pourtant, bientôt, l'heure de les partager sonnera et chacun choisira entre ces deux gâteaux des rois.
Les traditions, ça a du bon ! Que l'origine remonte aux fêtes païennes, à l'évoque des Romains, à celle des Rois Mages... Qu'importe ! Les acheter en grande surface, dans la meilleure pâtisserie de la ville ou les préparer soi-même pour les offrir, le bonheur est toujours présent.

Aujourdh'ui, nous sommes tous réunis pour vous présenter nos voeux les meilleurs à l'aube de cette nouvelle année. Qu'elle vous soit douce et joyeuse. Que vous soyez vous-même adhérent d'un GEM ou pas, que vous envisagiez de venir nous rejoindre ou simplement nous rendre visite pour faire notre connaissance, où que vous soyez, qui que vous soyez, partagez de beaux moments avec celles et ceux qui vous entourent. 

 

Encore excités par le cadeau d’hier et la distribution des lots, nous sommes nombreux pour fêter l’événement en ce samedi matin. Notre GEM est une petite ruche qui bourdonne joyeusement. Et ce, malgré la période, qui ne nous ravie pas particulièrement. Aujourd’hui, pour nous c’est surtout la fête du GEM. L’agitation de Noël, on l’oublie momentanément…

Comme on est grand à présent et qu'on ne croit plus au Père-Noël, ni même aux miracles, cette année, on a décidé de s'offrir nous-mêmes un beau cadeau !
On a déployé des trésors de recherches, réflexion, travail. De la patience des heures, des mois, des années durant, nous ont été nécessaires, pour confectionner ce fabuleux cadeau.