villaC'est le Centre  de Jour "La Villa San Ornello" qui a donc ouvert le bal avec "Paroles de patients". Un moment intimiste. La lecture d'un premier texte, sur le thème du travail. Des mots aussi puissants qu'émouvants. Un mélange d'images et de paroles pour un voyage dans le temps. Entre hier et aujourd'hui. Entre ancien et moderne. Entre travail et repos. Une construction pierre par pierre pour un édifice envoûtant.

logosOn avait balayé large par rapport à ce thème du travail de la SISM (Semaines d'Information sur la Santé Mentale). Chacun a développé un axe différent. Contenus et format vous auraient certainement plu.

 

 

 

 

 

 

 

 

CFC LOGOExprimer ce que l'on ressent, le libérer grâce à la matière et aux couleurs et puis le partager avec les autres. Voilà ce qu'on eu la chance de découvrir chaque jour, les heureux voyageurs de la gare de Bastia.

Sans titre 42 semaines, 1 thème, 4 partenaires 
Les deux semaines ce sont les Semaines d'information sur la Santé Mentale (SISM). Le thème de cette année était le travail. Quant aux 4 partenaires, ce sont le Centre de Jour "La Villa San Ornello", le Centre Hospitalier de Falconaja, l'association ISATIS qui parraine le GEM "Casa Di l'Isula" de nos amis de Porto-Vecchio et notre GEM.

 

 

Depuis plusieurs mois déjà, notre ami Patrick, de la galerie Gour-Beneforti, qui a abrité gratuitement et amicalement nos œuvres les années précédentes, nous avait prévenus… Cette année, impossible de nous accueillir dans sa galerie. L’art a beau enrichir et embellir nos vies, nous ne lui accordons pas toujours la place qu’il mérite !

affiche plateforme danseL’autre jour, nous avons vécu une expérience d’un nouveau genre au Centre Culturel de l'Alb'Oru. Une vingtaine de personnes d'horizons divers se sont retrouvées là, sans vraiment savoir à quelle sauce elles seraient mangées. De la danseuse professionnelle aux élèves malvoyants ou malentendants accompagnés de leurs profs, d'étudiantes en STAPS, à notre petit groupe, en passant par tout un contingent de profs de danse, curieuses de découvrir ce stage atypique.

 

assoOn s'intéresse, on bosse, on lit, on découvre, on cogite, on dissèque, on s'interroge, on questionne,  on imprime, on apprend, on intègre, on coupe, on découpe, on colle les morceaux et on commence à y voir plus clair, à se faire une idée de ce que l'on veut faire, du cap que l'on va se fixer, du cadre dans lequel on veut évoluer, du sens à donner à nos envies, à nos projets, à nos actions, pour fédérer à chaque fois au moins une personne de plus...

Belombra L'autre jour, on avait envie de s'évader un peu. Il faisait beau et l'idée d'un petit pique-nique improvisé a germé dans nos esprits. On a donc préparé ce qu'il fallait et comme c'était plus qu'improvisé… on est resté en ville. Ah, vous vous dites que vous avez été bernés par le titre !? Non, pas vraiment.


Au GEM, on adore chanter ! On connait bien le répertoire des années 60 à 80. Alors, souvent, on se défoule. Agglutinés devant l'écran de l'ordinateur, on chante à tue-tête les paroles qui défilent sous nos yeux carrés. En se balançant au rythme des mélodies. La justesse n'est absolument pas notre préoccupation première.
Nous ce qu'on veut, s'est s'éclater, passer un bon moment.

Vous voulez savoir ce qu'on a fait le week-end dernier ? Un truc incroyable !  Après plusieurs tentatives : une visio, une rencontre à Aleria, un week-end tombé à l'eau, ça y est, on l'a fait.

En début d'année, on reçoit et on distribue des vœux à la volée : amour, gloire et beauté! On nous promet tout à la fois. Si la santé y atteint des sommets, l'autre ingrédient, du bonheur annoncé, est sonnant et trébuchant. Et oui, de l'argent pour un avenir en or. Bien sûr, tout le monde aimerait bien avoir quelques euros de plus. Alors, nous, histoire de mettre toutes les chances de notre côté, après tout, on ne sait jamais... on a renoué avec la tradition. Celle-ci dit que qui si l'on commence l'année avec un plat de lentilles, la prospérité est assurée !

Non, nous n'allons pas tenir ici une chronique à la Stéphane Bern. Nous voulions plus simplement vous parler de L'Épiphanie. Et bien, croyez-le ou non, chaque année, au GEM, lorsque nous dégustons la galette, c'est le président qui trouve la fève !!!

 


 Bon, ce n'est plus un scoop pour vous, Noël est et demeure LA fête par excellence qu'on déteste tous au GEM. On peut même dire que cela représente une constante tous GEM confondus.

Le réveillon avec la sacro sainte famille, quelle horreur ! Pour eux, comme pour nous. Proches et reproches, le couple qui tue dans l'œuf la moindre velléité de désir festif. Pour tout le monde, donc, mieux vaut éviter de convoquer les foudres de ce couple maudit. Résultat, nous n'avons d'autre choix que de rester seul.

 


 

Pour faire passer la pilule de cette horrible période de fêtes, il faut des stratégies, voire des stratagèmes !

Cette année, nous avons décidé de donner un goût chocolaté à la pilule. C'est donc chez "Cuisine Passion" que nous avions rendez-vous pour un atelier plus que gourmand. Nous avons appris à faire des chocolats de Noël. Mendiants, florentins, truffes n'ont plus de secret pour nous.

 


 

 

Au GEM, nous avons la chance d'avoir des personnes qui viennent d'horizons différents. C'est aussi bon pour la culture, les neurones que les papilles !

Alors, cette fois et pour la première fois, c'est Alice qui nous a fait découvrir une des nombreuses spécialités culinaires de son pays natal, le Portugal.

Et pour cette première, elle a choisi de nous régaler avec un flan.

 


 

 

Un an déjà... Et voilà revenue cette satanée période des fêtes ! Celle que la très grande majorité d'entre nous détestons plus que toute autre. Noël, gras et sucré et le premier de l'an avec son interminable cortège de bons vœux auxquels on ne croit plus depuis belle lurette. Pourtant, il faudra bien en passer par là. De gré ou de force. Alors on s'active, histoire de faire en sorteque ça passe. Le plus vite possible.


 

Sur un échiquier, il y a des cases noires et d'autres blanches. Et puis, il y a des pièces. Ce sont elles que les joueurs vont déplacer au gré de la stratégie qu'ils auront à échafauder et à déployer après chaque coup de l'adversaire.

Dans ce jeu qui requiert une très grande maîtrise le joueur dispose de toute une armée. Des simples pions, aux tours, aux cavaliers, aux fous, à la dame et au roi.

Parfois, avancer un pion, c'est se découvrir, se mettre en danger et risquer de perdre la partie. Pourtant, le risque fait souvent partie des avancées et plus encore de la victoire.