Retrouver la zone verte, ça fait du bien. On dirait que l’air qu’on respire est plus léger. C’est un peu comme si on était enfermé dans une cocote minute et que quelqu’un avait laissé s’échapper la vapeur avant de soulever le couvercle.

Vous allez certainement trouver ça paradoxal, mais c’est le moment que l’on a choisi pour aller s’enfermer au ciné. Ça faisait des lustres qu’on en était privé. Alors, on s’est laissé tenter pour échapper à la grisaille et aux premières morsures d’un froid tout relatif, certes, mais fortement ressenti après des mois d’une chaleur intense.

Du 4 au 17 octobre, se déroulent les Semaines d’information sur la Santé Mentale. Cette fois, on parle de nos droits. Il y aurait tant à dire qu’on ne sait pas par où commencer. Alors, on va vous parler des GEM puisque c’est là que nous évoluons.

Et quand on dit évoluons, on ne veut pas juste dire qu’on bouge, qu’on se déplace… Non, on vit une véritable évolution. Voire une révolution. Quelque chose de l’ordre de la transformation. Un peu comme si on devenait des super héros.

 

 

Depuis un an et demi, on a parfois l’impression d’être la petite bille du jeu de la roulette. Difficile de ne pas perdre la boule.

Des Régions qui changent de couleur au gré du taux d’incidence. A l’hôpital, zone rouge égale plan blanc. En clair, quand les contaminations montent en flèche, ça chauffe pour tout le monde, on passe en zone rouge. Si le nombre d’hospitalisations atteint un seuil critique quant au bon fonctionnement des services, Préfet et ARS déclenchent le plan blanc. Toutes les forces vives sont recentrées auprès des patients « Covid ».

Depuis un an et demi, tous les pays du monde sont réunis autour d’une même mission : éradiquer ce satané virus. Le truc étrange dans tout ça, c’est que sur plateau mondial, les règles diffèrent d’un pays à l’autre. Et dans les pays, d’une région à l’autre, voire d’une ville à l’autre et même parfois, d’une rue à l’autre !

Été 2021. Port Toga. Si ça continue comme ça, cette chaleur accablante va finir par avoir notre peau. Pas la moindre brise pour faire semblant de nous rafraîchir. Nous touillons mollement les glaçons qui nagent dans nos grands verres. En un rien de temps, ils ne sont plus qu'un vague souvenir.

 

 

 

Chaque été, on a la chance de découvrir des pépites grâce aux belles programmations de la Ville. Celle-ci ne payait pas de mine au premier regard. Le mur austère du Mantinium pour seul décor. Un tapis au sol et quelques chaises autour… Rien de bien folichon.

L’atmosphère était tellement étrange, qu’on s’est demandé si on ne s’était pas trompé de spectacle. Le duo arborait un look approximatif. Culottes courtes, couleur layette. Elle, en prime, était affublée d’une paire de bottes en caoutchouc. Par cette chaleur harassante, sous un ciel gris et menaçant, bizarre autant qu’étrange pour une romance…

 

 

Cet été, mine de rien, les organisateurs des spectacles de la Ville ont sollicité l’école du même nom pour promouvoir les arts du cirque. « Les Mines de Rien », associés pour l’occasion à une autre école de trapèze, ont proposé des ateliers pendant une semaine, aux enfants et ados. Et le dernier jour, parents et curieux étaient invités à venir voir les chérubins voler dans les airs.

Les arts circaciens, arts du vaste monde du cirque, offrent toujours des merveilles. Le spectre est tellement éclectique qu’il faudrait être fou pour ne pas y trouver de quoi éveiller son âme d’enfant.

 

Bien que l’on soit des inconditionnels de Bastia, il faut avouer qu’en plein été, s’échapper de la fournaise urbaine a du bon. Après avoir avalé quelques kilomètres d’asphalte rectiligne et brûlant où dansaient des mirages de chaleur, nous enlaçons les montagnes en suivant ses lacets. Tortueux, ceux-ci nous ont tout de même menés directement aux portes du « Jardin d’Antoine ».

Au gré de nos balades, nos pas nous ont amenés quelques fois jusqu’au port de Toga, alors qu’il n’y avait âme qui vive. Le tableau, plutôt déprimant, était triste à pleurer.

Vous vous demandez pour quelles raisons on sillonne la ville dans tous les sens ? Et bien disons qu’on fait une sorte de pèlerinage… mémoriel. On engrange les souvenirs pour plus tard…

Et oui, un de ces jours, fini le GEM en Centre-Ville. Ter-mi-né !

Une ville recèle toujours bien plus de trésors que l’on ne pense. La nôtre, Bastia, a une longue Histoire, comme de nombreuses autres villes. Au-delà de leur Histoire, tout ce qui les constitue les différencie les unes des autres. Leur situation géographique, leur environnement, leur architecture… A côté des pierres, il est une dimension impalpable qui pourtant colore chacune d’elles.

Vous l’avez senti ce petit vent de liberté à l’approche du 9 juin… Tout le monde attendait fébrilement d’avoir enfin le droit de s’installer en terrasse. Des mois durant, privés de convivialité. Que c’était long !

 

 

 

Je l’ai, je te le file et toi, tu le refiles à ton tour... Ce n’est pas exactement comme ça qu’on voit l’Entraide Mutuelle dans notre GEM. Alors, pour éviter de jouer à ce petit jeu dangereux, on se protège du mieux que l’on peut. Donc, hélas, pour l’instant, pas de retour dans nos locaux.

Le muguet, c’est vraiment ravissant, avec ces petites clochettes, son parfum unique et en plus, il parait que ça porte bonheur. Ça fait toujours plaisir d’en recevoir un brin. Alors, nous sommes heureux de vous offrir celui-ci. Et on s’est dit qu’avec d’autres porte-bonheurs, ça serait une bonne idée pour les jours qui viennent…

Cette année, alors que nous aurions vraiment besoin de belles journées pour nos rencontres, voilà que le temps nous joue des tours.
C’est la raison pour laquelle, dès qu’un rayon de soleil pointe le bout de son nez, hop ! Nous voilà partis. Notre vie au grand air nous donne, si ce ne sont des ailes, du moins la force de tenir pour traverser les tumultes de cette vie chaotique.

Les squares, parcs et jardins sont des endroits magiques au cœur des villes. Des espaces à part. Des lieux dans lesquels le tumulte de la ville s’estompent jusqu’à disparaitre totalement pour laisser place à la nature, aux oiseaux et au calme. Soudain, c’est comme si la végétation créait une forteresse inaccessible à la rumeur, aux clameurs, à l’agitation de la ville pourtant toute proche. En ces lieux, on a l’impression que l’on est à l’abri de la fureur et du bruit. Protégés, plus rien ne semble pouvoir nous atteindre.

Il est temps de se faire une raison, le virus n’est pas prêt à nous lâcher. Mais, lui aussi devra se faire une raison. Parce que nous non plus, nous ne lâcherons rien ! Il peut faire des pieds et des mains, marcher sur la tête, se rouler par terre, se déguiser sous mille et un costumes, nous continuerons à avancer. Et ce malgré toutes les embûches qu’il sèmera sur notre chemin.

Depuis que nous avions connaissance du thème annuel des Semaines d’Information sur la Santé Mentale, nous étions dans les starting blocks. Et bien voilà, c’est parti ! En tête de la course, l’IREPS mène le peloton régional pour un marathon qui nous amènera jusqu’au 4 octobre.

Ce lundi là, ce sera l’ouverture de la quinzaine autour des droits et plus précisément de « Santé Mentale : Respectons mes droits ».